Par Léopoldine Leblanc, le 12.10.2017 à 16h43 (mis à jour le 12.10.2017 à 20h00) Prix littéraire

Mika Biermann élu meilleure Page 111 2017

Mika Biermann

Les jurés ont couronné la page 111 de Roi., de Mika Biermann, paru chez Anacharsis, lors d’une émission pleine d’humour, enregistrée au Café de la presse mardi 10 octobre.

"Parce qu’un bon livre, ouvert à n’importe quelle page, doit pouvoir intriguer, amuser, choquer, attrister, réjouir ou tourmenter son lecteur, et parce qu’à la page 111 de la pièce de théâtre Rhinocéros d’Eugène Ionesco on trouve ces deux mots magiques: pourquoi pas ?", entonne Richard Gaitet en ouverture de l’émission spéciale de Nova Book Box enregistrée en public au Café de la Presse à Paris (12e), le 10 octobre.

A cette occasion, le jury du prix de la Page 111 a distingué Mika Biermann pour son roman Roi., paru chez Anacharsis. Il succède à Jacky Schwartzmann qui avait reçu le prix pour Mauvais coûts, publié à La Fosse aux Ours.

Composé de Julien Blanc-Gras, Marguerite Demoëte, Bertrand Guillot, Guillaume Jan, François Perrin, Charles Recoursé et Aude Samarut, le jury avait retenu une sélection de 11 pages finalistes après la lecture de 222 pages 111. Nouveauté de l’édition 2017: "Chaque membre du jury a voté à bulletin secret – sur la base de ce corpus de onze textes –, attribuant 3, 2 et 1 point(s) aux trois pages qui lui semblaient les plus puissantes, et (-1) point à celle dont il ne comprenait pas du tout ce qu'elle venait foutre dans la sélection finale", peut-on lire sur la page Facebook des organisateurs.
 
Les onze romans sélectionnés pour leur page 111
  • Gazoline tango de Franck Balandier (Castor Astral, 2017)
  • Black Village de Lutz Bassmann (Verdier)
  • Roi. de Mika Biermann (Anacharsis)
  • Sangliers d’Aurélien Delsaux (Albin Michel)
  • Salle d’embarquement de Jérôme Game (L’Attente)
  • Contes du soleil noir: Audit d’Alex Jestaire (Au diable vauvert)
  • Fief de David Lopez (Seuil)
  • Pourquoi les oiseaux meurent de Victor Pouchet (Finitude)
  • Monarques de Philippe Rahmy (La Table ronde)
  • Sous les serpents du ciel d’Emmanuel Ruben (Rivages)
  • Le ciel ne parle pas de Morgan Sportès (Fayard).
A la suite d’une série de lectures des différentes pages par des comédiens, le lauréat a reçu "quatre cadeaux" : sa page 111 encadrée, une "dotation de 111 centimes en pièces de 1 centime", la possibilité de venir quand il le souhaite parler de littérature dans l’émission pendant un an et "111 bisous du public".
close

S’abonner à #La Lettre