Par Vincy Thomas, Marine Durand, le 02.11.2016 à 13h11 (mis à jour le 02.11.2016 à 17h48) Proclamation

Le Médicis 2016 couronne Ivan Jablonka, Jacques Henric et Steve Sem-Sandberg

Yvan Jablonka lauréat du prix Médicis 2016 - OLIVIER DION

Le Seuil a reçu deux prix ce mercredi 2 novembre 2016 avec le Prix Médicis pour une enquête aux frontières de la fiction et le Prix Médicis essai pour un document passionné sur les pugilistes du XXe siècle dernier. Robert Laffont est récompensé pour le roman suédois Les élus.

Sept romans français, huit romans étrangers et neuf essais étaient dans la course au Prix Médicis qui a révélé ses lauréats ce 2 novembre à 13h, au restaurant La Méditerranée, à Paris (6e). Le jury se réjouit d'avoir primé "des choix à la fois d'hybridation des genres et qui rappellent ce qu'on peut faire par la littérature face à l'histoire au réel".

Le Prix Médicis a été décerné à Ivan Jablonka pour Laetitia ou la fin des hommes (Seuil) paru le 23 août et déjà récipiendaire des Prix Transfuge du meilleur essai 2016 et Prix littéraire du Monde 2016. Il a reçu cinq voix au 7e tour, contre trois pour Nathacha Appanah (Tropique de la violence, Gallimard). 

Le livre retrace l'enquête autour de Laëtitia Perrais, 18 ans, qui est enlevée en janvier 2011, avant d'être poignardée et étranglée. Pendant deux ans, l'auteur a rencontré les proches, la famille ainsi que les acteurs de l'enquête, avant d'assister au procès du meurtrier. II étudie sa vie comme un fait social, révélateur de la violence que subissent les femmes.

Le président du jury Alain Veinstein explique que le Médicis "prime un livre qui n'est ni un roman ni un essai." Alain Veinstein a par ailleurs pris congé en tant que président du Médicis, passant le relais à Michel Braudeau.

Ivan Jablonka a déclaré après avoir reçu son prix: "Le jury me fait un extraordinaire honneur. Je crois que les sciences humaines font du bien à la littérature, et la littérature fait du bien aux sciences humaines."

Le livre a déjà été vendu à 15000 exemplaires.

Le Seuil est aussi distingué par le Prix Médicis essai puisque le prix revient à Jacques Henric pour Boxe, sorti début septembre et finaliste du Femina. L'essai compile des portrait des grands pugilistes du XXe siècle, notamment Georges Carpentier, Al Brown, Marcel Cerdan, Mohamed Ali, Myke Tyson ou encore Jean-Marc Mormeck. L'écrivain aborde également, à travers sa passion pour ce sport, les événements marquants de son enfance et de son adolescence ainsi que des thématiques telles que le racisme, le sexe, les religions et les guerres.

Enfin, le Prix Médicis étranger a récompensé Steve Sem-Sandberg pour Les élus (Robert Laffont), traduit du suédois par Johanna Chatellard-Shapira et Emmanuel Curtil. Publié en août, et prix Transfuge du meilleur roman européen, le roman se déroule en 1941 à Vienne, dans l'ancien hôpital Spiegelgrund devenu un centre pour enfants handicapés ou délinquants. Dans le pavillon 9, Adrian, Hannes et Julius témoignent de leur souffrance physique et morale. Les enfants incontrôlables sont envoyés au pavillon 17, subissant la torture et vivant sous la menace du pavillon 15, où ils sont exterminés.
close

S’abonner à #La Lettre