Par Véronique Rossignol, le 12.01.2018 (mis à jour le 12.01.2018 à 19h34) avant-portrait > Elsa Osorio

L’Argentine nomade

Elsa Osorio - PHOTO SOPHIE BASSOULS

Elsa Osorio explore en romancière la mémoire de son pays et les années de la dictature.

Partout où elle va, Elsa Osorio emporte dans ses valises ses chaussures de tango. Au cas où se présenterait l’occasion… Ce qui arrive très souvent, car si Buenos Aires, où elle est née il y a soixante-cinq ans, reste "le paradis des milongas", la Porteña a pu constater qu’on dansait le tango partout. On lui dit que cette image la résume : Argentine, sans doute possible, et nomade. Elle en convient

Lire la suite (3 230 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre