Par Vincy Thomas, le 10.05.2017 à 11h37 (mis à jour le 10.05.2017 à 12h00) Lauréat

"Au travail avec Eustache" reçoit le premier Prix du livre de cinéma

De gauche à droite: Bertrand Tavernier, réalisateur, Yasmina Reza, présidente du jury, Luc Béraud, auteur, Françoise Nyssen, éditrice, et Frédérique Bredin, présidente du CNC - VINCY THOMAS

Le premier Prix du livre de cinéma a été remis mardi 9 mai au Centre national du cinéma, où six livres ont également été sélectionnés lors du premier appel à projet en vue d'une aide à leur édition.

"C'est un plaisir et un honneur de s'ouvrir aux livres, aux auteurs et aux éditeurs, ainsi qu'une joie personnelle" a affirmé mardi 9 mai, en préambule à la remise du premier Prix du livre de cinéma, Frédérique Bredin, présidente du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC). Le livre et le cinéma coexistaient durant deux heures, avec la présence du cinéaste Patrice Leconte et de Delphine de Vigan, de François Busnel et du P-DG de Stock, Manuel Carcassonne, de Michel Ciment et d'Alexandre Bompard, P-DG de la Fnac, qui favorisera la diffusion du livre primé dans ses magasins, notamment à travers des événements.

Yasmina Reza a proclamé le choix apparemment unanime de son jury en récompensant Luc Béraud pour Au travail avec Eustache: making of, co-édité par Actes sud et l'Institut Lumière en début d'année, et couronnant ainsi les 25 ans de collaboration entre l'éditeur arlésien et l'institution lyonnaise. La présidente du jury a couvert d'éloges ce livre "écrit au présent" qui peut intéresser "un large public, y compris ceux qui ne connaissent pas le cinéaste", un ouvrage "très bien écrit, très littéraire, sur un personnage très attachant, tout en n'étant pas hagiographique".

L'auteur et l'éditeur recevront 5000€ chacun en dotation. 27 livres avaient été sélectionnés.

Xavier Lardoux, directeur du cinéma au CNC, est revenu sur l'intention de ce prix, long serpent de mer attendu depuis des années. "La littérature et le cinéma se nourrissent depuis 120 ans. Editer des livres de cinéma est un travail difficile et onéreux", rappelle-t-il. Pour accompagner les éditeurs et contribuer à l'essor de la cinéphilie, le CNC a, en plus de remettre un prix chaque année, décidé de lancer un
dispositif de soutien à l’édition de livres de cinéma, doté d’un budget de 80000 € annuels. Deux sessions sont organisées, l'une au printemps et l'autre à l'automne.

Pour le premier appel à projets du printemps 2017, six ont été retenus par le même jury que celui du prix (Yasmina Reza, Salma Belabes, Alexandre Bompard, François Busnel, Vincent Monadé, Etienne de Montety et Christian Thorel).
  • Darius Khondji de Jordan Mintzer (Synecdoche) ;
  • Anthologie du cinéma invisible de Carole Aurouet (Les nouvelles éditions Jean-Michel Place) ;
  • Les quatre saisons d’en sortant de l’école, par un Collectif d’auteurs (Editions Thierry Magnier) ;
  • Intégrale des écrits d’André Bazin d'Hervé Joubert-Laurencin (Macula) ;
  • Jean-Pierre Melville, une vie… d'Antoine de Baecque (Seuil) ;
  • Sorcerer, sur le toit du monde de Samuel Blumenfeld (La Rabbia).
"Ce soutien et cette mise en lumière des livres de cinéma en France sont une nouvelle page de l’action du CNC", a annoncé Frédérique Bredin.
close

S’abonner à #La Lettre